Blog

Comment débuter l’apiculture dans son jardin ?

L’apiculture attire de plus en plus de particuliers : besoin de s’impliquer dans la protection de l’environnement, curiosité pour le monde des abeilles ou goût des produits du jardin,… Mais débuter l’apiculture dans son jardin est un projet qui demande des précautions, un respect des lois et des compétences pratiques et théoriques. Les abeilles sont des êtres fragiles qui demandent une attention toute particulière de leur propriétaire.

Cet article donne les informations de base pour mûrir votre projet apicole ! Nous vous souhaitons bonne lecture.

Quelle est la situation de l’abeille mellifère en France ?

Comme de nombreux autres insectes pollinisateurs, les abeilles mellifères sont menacées par les activités humaines. L’usage des pesticides en agriculture intensive, la destruction des espaces naturels riches en fleurs et les parasites sont responsables en France de la destruction de milliers de colonies d’abeilles mellifères par an.

L’abeille noire, sous-espèce indigène en France est particulièrement menacées. Connue des scientifiques sous le nom d’Apis mellifera mellifera, elle est aussi victime du métissage avec d’autres races d’abeilles importées comme l’abeille italienne ou d’abeille caucasienne. Ce métissage cause la perte des caractères génétiques importants pour sa survie dans la nature.

Toutefois, les apiculteurs et les naturalistes ne sont pas inactifs face à ce péril. Des associations se sont constituées pour élever l’abeille endémique à notre pays. Pour en savoir davantage consulter cet article https://blog-avis.fr/blogs/animaux/pourquoi-l-abeille-noire-est-elle-en-danger

Pourquoi élever des abeilles ?

La première raison d’élever des abeilles dans son jardin peut être de participer à l’effort collectif qui vise à conserver des lignées d’abeilles menacées et à les transmettre à d’autres apiculteurs. L’apiculteur amateur contribue aussi à maintenir la biodiversité, car ses abeilles s’activent à féconder les fleurs qu’elles visitent dans un rayon d’un à trois kilomètres autour de leur ruche.

Abeille qui butine

pour produire un kilogramme de miel les abeilles visitent des millions de fleurs

Mais votre motivation sera peut-être de produire votre propre miel et de dépendre un petit peu moins des circuits de la grande distribution. Une ruche – si elle bénéficie de bons soins et si les floraisons environnantes sont suffisantes – peut produire entre 10 et 20 kilogrammes de miel chaque année. C’est largement suffisant pour couvrir les besoins d’une famille n’est-ce pas ? Une ruche viendra aussi compléter avantageusement les productions de votre potager et de votre verger. Et comme nous l’avons cité au paragraphe précédent, les abeilles pollinisent les fleurs et augmentent ainsi les productions de fruits et de légumes.

Enfin, vous aurez peut-être simplement envie de pratiquer un loisir passionnant et de découvrir l’organisation et la vie des abeilles mellifères. L’apiculture est une discipline qui apporte satisfaction pendant de nombreuses années. C’est un loisir que l’on peut pratiquer en famille. Petits et grands se réunissent alors autour de leurs ruches pour savourer des moments de partage.

Quelles sont les obligations légales de l’apiculteur amateur ?

Vous le savez surement et en avez sans doute déjà fait l’expérience… Les abeilles sont des insectes qui peuvent piquer ! Et les conséquences peuvent être graves chez les personnes allergiques à leur venin. Mais fort heureusement les accidents sérieux sont rares.

Les piqûres se produisent souvent lorsque les ruches sont manipulées sans ménagement : ouverture brusque, mauvaise utilisation de l’enfumoir, abeilles tuées durant le déplacement des cadres,… Ou bien si la lignée d’abeilles élevées se montre particulièrement défensive. Vous apprendrez vite que les différentes sous-espèces et races d’abeilles ne partagent pas toutes le même caractère.

Certaines comme l’abeille Frère Adam sont très douces. D’autres comme les abeilles noires métissées sont bien plus agressives. Si vous êtes habitant de Guyane, des Antilles ou d’un pays subsaharien, les abeilles africanisées – particulièrement irascibles – sont inadaptées à une apiculture de loisir.

L’apiculture ne peut pas se faire clandestinement. En France, il est obligatoire de déclarer son activité apicole dès la première ruche, même si vous ne pensez pas vendre de miel. Cette déclaration peut se faire en ligne et est gratuite. Quelques minutes suffisent pour recevoir votre numéro d’apiculteur, le NAPI.

Une autre obligation concerne la distance qui doit séparer vos ruches des propriétés voisines ou des lieux de passage du public. Cette distance dépend de chaque département, mais aussi du type de voisinage (terrains naturels, bâtiments collectifs,…). Pour en savoir davantage renseignez-vous auprès de votre mairie. Si vous ne disposez pas d’une distance suffisante, il est toutefois possible d’installer des ruches. Pour cela vous devez entourer votre rucher d’une palissade de deux mètres de haut au minimum. Ce dispositif force les abeilles à prendre de la hauteur et évite alors les collisions entre elles et vos voisins ou les passants. Une haie peut aussi remplir agréablement cette fonction https://tout-pour-le-jardin.fr/brise-vue-et-haie-artificielle/

Enfin, vous êtes entièrement responsable des dégâts que vos abeilles peuvent infliger à des tiers personnes ou à leurs biens. Il est donc nécessaire de contracter une assurance. Votre assureur peut adapter votre responsabilité civile à votre nouvelle activité d’apiculteur amateur. Cette assurance est aussi proposée par des revues apicoles comme Abeille de France (https://www.labeilledefrance.com/). Les abonnées à cette excellente revue sont aussi couverts. L’abonnement peut se faire en ligne.

Comment créer son rucher ?

Avant d’acquérir du matériel, vous devez trouver un emplacement adapté pour recevoir votre ruche. Même si les abeilles sont capables de réguler la température intérieure de leur habitation, il est important de placer leur ruche en situation ensoleillée. L’entrée de la colonie sera de préférence orientée sud-est, et protégée des vents froids d’hiver.

Dans la nature, les essaims d’abeilles recherchent des cavités suffisamment isolées et volumineuses pour construire leur nid. Un trou d’arbre est idéal, mais il peut aussi s’agir d’une anfractuosité dans une falaise. L’apiculteur doit donc proposer à ses abeilles un habitat de plus proche possible de leurs besoins naturels. Les ruches ont cet usage.

Abeilles-mellifères

les abeilles ont besoin de soins appropriés pour vivre dans une ruche

Il existe de nombreux types de ruches. En France, les plus fréquentes sont les ruches Dadant et les ruches Langstroth. Ces deux modèles sont employés par les apiculteurs professionnels et sont donc communément proposés par le commerce spécialisé. Mais vous trouverez aussi les ruches Warré, Voirnot ou kenyanes. Les ruches en paille et les ruches troncs vous aussi leur grand retour ! Faites votre choix en fonction de vos goûts, de vos connaissances et de vos objectifs apicoles.

Pour débuter, nous déconseillons d’opter pour un modèle trop rare ou d’usage complexe. Car il vous sera difficile de trouver des éléments adaptés pour remplacer les pièces usagées. Il vous sera aussi difficile d’obtenir de l’aide d’un apiculteur habitué à ce type de modèle.

Avant de mettre vos mains dans une ruche, vous devez vous équiper vous-même. L’enfumoir et le voile sont les deux équipements indispensables. Ils assurent votre sécurité. Il faut toujours les avoir avec soi, même si vos abeilles sont habituellement calmes. Une combinaison et une paire de gants permettent de se protéger de pratiquement toutes les piqûres et c’est un plus pour prendre confiance et manipuler calmement.

Enfin lorsque le matériel est réuni, il est temps de trouver une colonie d’abeille. De nombreux éleveurs vendent des essaims sur cadres, c’est-à-dire avec des rayons de cire. Et il ne reste alors plus qu’à introduire les cadres couverts d’abeilles et de couvain dans votre ruche. Il est aussi possible d’acquérir une ruche déjà peuplée.

Le prix d’une colonie dépend du nombre de cadres, mais aussi du type d’abeilles. Une colonie achetée en ruchette de 5 à 6 cadres est souvent vendue entre 120 et 180 euros.

Enfin vous pouvez aussi récupérer un essaim errant. Les essaims se rencontrent principalement au printemps. C’est par l’essaimage que les colonies d’abeilles se multiplient. Sachez qu’en France, un essaim reste la propriété de son apiculteur tant que celui-ci garde la vue sur lui ! Si l’essaim s’envole trop loin pour être visible, libre à quiconque de mettre la main dessus et d’en faire sa propriété.

Essaim d'abeilles sauvages

la capture d’un essaim demande de l’expérience ou l’aide d’un apiculteur exercé

La capture d’un essaim est une option intéressante. Car un essaim sauvage est gratuit. Mais il est nécessaire d’avoir des connaissances suffisantes pour récupérer sans encombre ce “paquet” d’abeilles. De plus, vous ne pouvez pas être certain du pedigree de ces abeilles et de leur état de santé.

Comment se former en apiculture ?

Il ne serait pas prudent d’acheter du matériel et d’acquérir une colonie d’abeille, sans vous être au préalable correctement formé. Les abeilles sont des êtres sensibles qui ont besoin des soins de leur apiculteur. Une colonie abandonnée périclite rapidement. Elle sera attaquée par des agents pathogènes et contribuera à propager des maladies aux colonies alentours. Elle pourra aussi mourir de faim durant un hiver trop rude.

Mais fort heureusement, il est facile de trouver des centres de formation à proximité de chez soi, et de s’informer continuellement pour améliorer ses pratiques et ses connaissances théoriques.

Formations en rucher école

Les ruchers écoles sont des centres de formation habituellement gérés par des associations. Ils regroupent des apiculteurs expérimentés qui proposent d’initier des débutants.

Les sessions de formation ont lieu entre avril et septembre et se déroule souvent le samedi. Mais des stages de plusieurs jours consécutifs sont souvent proposés et vous permettent de vous lancer rapidement.

Vous trouverez facilement l’adresse d’un rucher école situé dans votre département en employant un moteur de recherche. Mais nous vous recommandons de réserver votre place plusieurs mois à l’avance, car les stages ont beaucoup de succès et affichent très rapidement complets.

Cadres dans une ruche

(travailler en autonomie avec les abeilles requiert des connaissances approfondies

Sites, ouvrages de référence et revues spécialisées

La documentation apicole est très abondante. La toile regorge de sites et de forums spécialisés. Il est facile de poser une question lorsqu’on rencontre un problème avec ses abeilles.

L’apiculteur débutant doit se constituer une bibliothèque suffisamment complète. “Ma méthode d’apiculture” de Frère Adam, le “Cours complet d’apiculture” de Georges Layens, mais aussi le “Guide Rustica de l’apiculture” sont des ouvrages de base que chaque amateur doit posséder.

Formations à distance

L’apiculture est une pratique manuelle, mais les connaissances théoriques guident les gestes de l’apiculteur. Un amateur qui connaît bien les abeilles, leur biologie, leur écologie et leurs parasites, sera à même de faire face à des situations complexes et de prendre les bonnes décisions pour son élevage. Inversement, ne pas être correctement informé conduit bien souvent à l’échec et à l’abandon de l’activité après une année ou deux.

Une formation à distance en apiculture est un dispositif idéal pour être accompagné dans l’acquisition des savoirs fondamentaux. Il en existe plusieurs qui dispensent des contenus en français. La plupart de ses formations sont payantes.

Le MOOC Abeilles et environnement diffusé sur la plateforme FUN https://www.fun-mooc.fr permet de bénéficier d’un savoir académique de premier ordre gratuitement. Toutefois, il n’est pas ouvert en permanence aux inscriptions.

L’une des formations les plus innovantes est Apiculture et monde des abeilles. Elle a pour particularité de reposer sur plusieurs séries de visioconférences en direct. Celles-ci ont lieu une fois par semaine en soirée et sont présentées par des spécialistes. Pour chaque visioconférence un thème particulier est développer. Les apprenants ont alors la possibilité de poser leurs questions et d’échanger avec l’intervenant. La formation Apiculture et monde des abeilles se compose de plusieurs modules. L’apprenant peut suivre un module ou plusieurs en fonction de ses besoins. Pour en savoir davantage https://apiculture.idlwt.com/.

L’apiculture doit rester une passion

Nous espérons vous avoir aidé dans vos premières réflexions apicoles. Pour résumer cet article, l’apiculture est un loisir qui demande de l’implication et des investissements. Vous aurez tout intérêt – même si rien ne vous y oblige – à rejoindre un rucher école et à approfondir vos connaissances. Et la formation à distance permet d’acquérir des savoirs adaptés au besoin de l’apiculteur débutant.

Pour finir, précisons que l’apiculture doit rester une passion. Vous devez prendre votre temps et faire les choix qui correspondent à vos objectifs. Nous vous remercions pour votre lecture et vous souhaitons bonne continuation.

Leave a Comment